Si certains ont compris que la secte Vatican II ne pouvait pas être l’Église catholique, les plus timorés peinent encore à comprendre les implications terribles de la révolution liturgique. La création d’un faux rite de consécration des évêques en 1969 a produit a travers le monde des lignées de faux clercs et par conséquent, de faux prêtres. Beaucoup de gens méconnaissent ou méprisent ces éléments pourtant essentiels et donnent des titres de « père » ou de « Monseigneur » a des personnes qui n’en ont pourtant pas la qualité. En 2017, Certains croient encore à la théorie selon laquelle le rite novus ordo, qu’il s’agisse de la messe ou des rites d’ordination, serait en fait épisodiquement victime d’une mauvaise interprétation ou de prises de libertés excessives de la part de clercs. C’est classiquement la position tenue par des voix du courant conservateur dans la secte novus ordo telles celles du « cardinal » Burke ou du « cardinal » Robert Sarah.

Dans la vidéo ci-dessous, postée le 27 juin dernier, on peut voir un rite d’ordination novus ordo performé à Rodez, dans « paroisse » bien nommée « Jean XXIII ». Cette cérémonie diaboliquement hérétique incorpore de nombreux éléments de l’hindouisme, avec offrandes, chants du diables, danses et autres actions abominables gravement condamnées par l’Evangile et les lois de l’Eglise catholique. On voit même des « nonnes » participer à ces abominations.

Quelqu’un qui affirmerait qu’il s’agit là d’un abus liturgique du novus ordo qui est lui-même un abus liturgique blasphématoire, serait certainement un hypocrite et une personne de mauvaise foi. Car, comme nous l’avons déjà reporté, ces « abus » ne sont nullement fortuits, mais ils sont apparus uniquement grâce à la promulgation des fausses liturgies novus ordo. Aussi, l’argument selon lequel des événements tels celui montré dans la vidéos seraient des abus du rite liturgique catholique romain est irrecevable et absurde, car c’est le rite novus ordo lui-même qui est un abus contre le rite liturgique catholique romain traditionnel.

Antipape Jean-Paul II participant volontairement un culte païen démoniaque.

Antipape Jean-Paul II participant volontairement un culte païen démoniaque.

Car en effet, jamais ces rites n’ont été condamnés ou interdits d’aucune façon par les antipapes de la secte novus ordo. Au contraire, les cérémonies oecuménistes ont été partout promues, et par les antipapes eux-mêmes. Les événements diaboliques d’Assises ont été présidés par Jean-Paul II lui-même et il a participé à des prières communes avec des hérétiques, à des « messes » avec des hérétiques, il a même bu dans le calice démoniaque des hérétiques, et ceci une quantité impressionnante de fois. De même que l’antipape Benoît XVI a participé à plusieurs reprises à des cérémonies religieuses juives dans des synagogues et a même adoré un faux dieu en priant avec des musulmans et selon le rite musulman dans une mosquée. Il est donc totalement absurde d’affirmer que des événements comme celui du « rite d’ordination» à Rodez dans cette vidéo serait un abus vis-à-vis de la discipline de la secte novus ordo. Bien au contraire, cette cérémonie à Rodez, bien qu’anarchique et incohérence même pour l’œil du néophyte, est en parfaite conformité avec le faux oecuménisme de la secte Vatican II.

Antipape Jean-Paul II recevant la marque démoniaque du "tilak".

Antipape Jean-Paul II recevant la marque démoniaque du « tilak » par une prêtresse hindoue.

Les tamouls hindous adorent de nombreux faux dieux qui sont des démons, tels Rama, Murgan, Kannagi sans oublier Ganapathi, Vishnu, Shiva la déesse de la destruction (le shivaïsme est très répandu au Sri Lanka) ou encore Amman dont le nom est connu aujourd’hui comme Mariamman, « déesse-mère » : il est certain que les missionnaires de la secte novus ordo en contact avec ces populations leur permettent d’amalgamer la Très Sainte Vierge Marie avec cette abomination païenne.

Et les gens qui pensent encore que la secte qui tolère chaque semaine de telles cérémonies est l’Église catholique doivent très rapidement admettre leur erreur et comprendre qu’une telle chose est impossible. Tout d’abord, nous les invitons à consulter notre dossier qui compile toutes les déclarations dans La Sainte Écriture, aussi bien que chez les pères et les docteurs de l’Église, que dans le saint Magistère des successeurs de Saint Pierre, qui condamnent radicalement toutes les abominables pratiques liturgiques, œcuméniques et interreligieuses de la secte Vatican II. 

Juste au hasard, une source classique et antique, IIIème Concile de Constantinople, 680‑681 :

Si un ecclésiastique ou laïc doit aller dans la synagogue des Juifs, ou les lieux de réunion des hérétiques pour se joindre à la prière avec eux, qu’ils soient destitués et privés de communion [excommuniés]. Si un évêque ou un prêtre ou un diacre doit prier avec des hérétiques, qu’il soit suspendu de la communion.

Et si cette déclaration infaillible de l’Eglise catholique semblait trop ancienne pour le relativisme des modernistes, en voici une plus récente et encore plus explicite, Pape Pie IX, « Graves Ac Diuturnae« , 1875, (n° 4) :

Vous devez leur rappeler de se méfier de ces ennemis perfides du troupeau du Christ et leurs aliments empoisonnés. ILS DOIVENT TOTALEMENT EVITER leurs célébrations religieuses, leurs BÂTIMENTS ET LEURS PRÉSIDENCES PESTILENCIELLES qu’ils entretiennent avec IMPUNITE pour transmettre les enseignements sacrés. ILS DOIVENT EVITER leurs écrits ET TOUT CONTACT AVEC EUX. Ils ne doivent pas avoir de relations ou de réunions avec les prêtres et les apostats faisant usurpation de la foi qui osent exercer les fonctions d’un ministre ecclésiastique sans posséder une mission légitime ou une juridiction. Ils devraient les éviter comme des étrangers et des voleurs qui ne viennent que pour voler, tuer et détruire. Les enfants de l’Eglise devraient examiner les mesures qui s’imposent pour préserver le trésor le plus précieux de la foi, sans laquelle il est impossible de plaire à Dieu, ainsi que l’action calculée pour atteindre l’objectif de la foi, c’est le salut de leurs âmes, en suivant le droit chemin de la justice.

Ce seul fait que l’Église condamne ce qui est désormais admis par la secte Vatican II devrait être une preuve suffisante à elle-même pour toute personne de bonne foi aimant vraiment l’épouse immaculée de Notre Seigneur Jésus-Christ.

~ Argentinat ~

Publicités