Que Dieu vous console !… Ce qui vous attriste aussi, cest que les autres ont occupé les églises par violence tandis que vous, pendant ce temps, vous êtes dehors. Cest un fait, ils ont les locaux : mais vous avez la foi apostolique. Eux, ils peuvent occuper nos églises, mais ils sont hors de la vraie Foi catholique. Réfléchissez: quest ce qui est le plus important, le lieu ou la Foi ? La vraie foi, cest évident. Dans cette lutte, qui a perdu, qui a gagné, celui qui garde le lieu ou celui qui garde la foi ? Le lieu, cest vrai, est bon quand on y prêche la foi apostolique ; il est saint si tout sy passe saintement… Cest vous qui êtes heureux, vous qui restez dans lÉglise par votre foi, vous qui tenez fermement aux fondements de la foi qui vous est parvenue de la sainte Tradition apostolique et si, à maintes reprises, une jalousie exécrable a voulu lébranler, elle ny a pas réussi. C’est ceux qui s’en sont détachés dans la crise présente. Personne, jamais, ne prévaudra sur notre foi, frères bien aimés. Et nous croyons que Dieu nous rendra un jour nos églises. Ainsi donc, plus ils sacharnent à occuper les lieux de culte, plus ils se séparent de lÉglise. Ils prétendent représenter lÉglise; en réalité, ils sen expulsent eux-mêmes et ségarent. Les catholiques fidèles à Dieu dans la sainte Tradition, même sils sont réduits à une poignée, voilà ceux qui sont la vraie Église de Jésus-Christ.

Lettre d’Athanase, évêque d’Alexandrie,à son troupeau. Coll. Selecta SS. Eccl. Patrum, Caillau et Guillou, vol. 32, pp. 411-412


Saint Athanase naquit à Alexandrie, métropole de l’Égypte. Sa première éducation fut excellente ; il ne quitta le foyer paternel que pour être élevé, nouveau Samuel, dans le temple du Seigneur, par l’évêque d’Alexandrie.

Athanase était simple diacre, quand son évêque le mena au concile de Nicée, dont il fut à la fois la force et la lumière. Cinq mois après, le patriarche d’Alexandrie mourut, et Athanase, malgré sa fuite, se vit obligé d’accepter le lourd fardeau de ce grand siège. Dès lors, ce fut une guerre acharnée contre lui. Les accusations succèdent aux accusations, les perfidies aux perfidies ; Athanase, inébranlable, invincible dans la défense de la foi, fait à lui seul trembler tous ses ennemis.

La malice des hérétiques ne servit qu’à faire ressortir l’énergie de cette volonté de fer, la sainteté de ce grand coeur, les ressources de cet esprit fécond, la splendeur de ce fier génie. Exilé par l’empereur Constantin, il lui fit cette réponse :

« Puisque vous cédez à mes calomniateurs, le Seigneur jugera entre vous et moi. »

Avant de mourir, Constantin le rappela, et Athanase fut reçu en triomphe dans sa ville épiscopale. Le vaillant champion de la foi eut à subir bientôt un nouvel exil, et deux conciles ariens ne craignirent pas de pousser la mauvaise foi et l’audace jusqu’à le déposer de son siège.

Toujours persécuté et toujours vainqueur, voilà la vie d’Athanase ; il vit périr l’infâme Arius d’une mort honteuse et effrayante et tous ses ennemis disparaître les uns après les autres. Jamais les adversaires de ce grand homme ne purent le mettre en défaut, il déjoua toutes leurs ruses avec une admirable pénétration d’esprit. En voici quelques traits.

En plein concile, on le fit accuser d’infamie par une courtisane ; mais il trouve le moyen de montrer que cette femme ne le connaissait même pas de vue, puisqu’elle prit un de ses prêtres pour lui.

Au même concile, on l’accusa d’avoir mis à mort un évêque nommé Arsène, et coupé sa main droite ; comme preuve on montrait la main desséchée de la victime ; mais voici qu’à l’appel d’Athanase, Arsène paraît vivant et montre ses deux mains.

Une autre fois, Athanase, poursuivi, s’enfuit sur un bateau ; puis bientôt il rebrousse chemin, croise ses ennemis, qui lui demandent s’il a vu passer l’évêque d’Alexandrie : « Poursuivez, leur dit-il, il n’est pas très éloigné d’ici. »

Ses dernières années furent les seules paisibles de sa vie. Enfin, après avoir gouverné pendant quarante-six ans l’Église d’Alexandrie, après avoir soutenu tant de combats, il alla recevoir au Ciel la récompense de « ceux qui souffrent persécution pour la justice ».

Vie des Saints pour tous les jours de l’année, Abbé Jaud

 

Publicités