C’est pourquoi il faut faire ici une remarque importante. Rien n’a été conféré aux Apôtres indépendamment de Pierre ; plusieurs choses ont été conférées à Pierre isolément et indépendamment des Apôtres. Saint Jean Chrysostome, expliquant les paroles de Jésus-Christ (Jean, XXI, 15), se demande «pourquoi, laissant de côté les autres, le Christ s’adresse à Pierre», et il répond formellement : «C’est qu’il était le principal entre les Apôtres, comme la bouche des autres disciples et le chef du corps apostolique» (Hom. LXXXVIII, in Joan., n. 1). Lui seul, en effet, a été désigné par le Christ comme fondement de l’Eglise. C’est à lui qu’a été donné tout pouvoir de lier et de délier ; à lui seul également a été confié le pouvoir de paître le troupeau. Au contraire, tout ce que les Apôtres ont reçu, en fait de fonctions et d’autorité, ils l’ont reçu conjointement avec Pierre. «Si la divine bonté a voulu que les autres princes de l’Eglise eussent quelque chose de commun avec Pierre, ce qu’elle n’avait pas refusé aux autres, elle ne leur a jamais donné que par lui (S. Leo M., sermo IV, cap. 2). Il a reçu seul beaucoup de choses, mais rien n’a été accordé à qui que ce soit sans sa participation» (Ibid).

Par où l’on voit clairement que les évêques perdraient le droit et le pouvoir de gouverner s’ils se séparaient sciemment de Pierre ou de ses successeurs. Car, par cette séparation, ils s’arrachent eux-mêmes du fondement sur lequel doit reposer tout l’édifice, et ils sont ainsi mis en dehors de l’édifice lui-même ; pour la même raison, ils se trouvent exclus du bercail que gouverne le Pasteur suprême, et bannis du royaume dont les clés ont été données par Dieu à Pierre seul.

Ces considérations nous font comprendre le plan et le dessein de Dieu dans la constitution de la société chrétienne. Ce plan, le voici : L’auteur divin de l’Eglise, ayant décrété de lui donner l’unité de foi, de gouvernement, de communion, a choisi Pierre et ses successeurs pour établir en eux le principe et comme le centre de l’unité. C’est pourquoi saint Cyprien écrit : «Il y a, pour arriver à la foi, une démonstration facile, qui résume la vérité. Le Seigneur s’adresse à Pierre en ces termes : «Je te dis que tu es Pierre…» C’est sur un seul qu’Il bâtit l’Eglise. Et quoique après Sa résurrection Il confère à tous les Apôtres une puissance égale et leur dise : «Comme mon Père M’a envoyé…» ; cependant pour mettre l’unité en pleine lumière, c’est en un seul qu’Il établit, par Son autorité, l’origine et le point de départ de cette même unité» (De Unit. Eccl., n. 4). Et saint Optat de Milève : «Tu sais fort bien, écrit-il, tu ne peux le nier, que c’est à Pierre le premier qu’a été conférée la chaire épiscopale dans la ville de Rome : c’est là que s’est assis le chef des Apôtres : Pierre, qui, par suite, a été appelé Céphas. C’est dans cette chaire unique que tous devaient garder l’unité, afin que les autres Apôtres ne pussent se retrancher chacun isolément dans son siège, et que celui-là fût désormais schismatique et prévaricateur, qui élèverait une autre chaire contre cette chaire unique» (De schism. Donat., lib. II). De là vient cette sentence du même saint Cyprien, que l’hérésie et le schisme se produisent et naissent l’une et l’autre de ce fait, que l’on refuse à la puissance suprême l’obéissance qui lui est due. «L’unique source d’où ont surgi les hérésies et d’où sont nés les schismes, c’est que l’on n’obéit point au Pontife de Dieu et que l’on ne veut pas reconnaître dans l’Eglise et en même temps un seul pontife et un seul juge qui tient la place du Christ» (Epist. XII, ad Cornelium, n. 5).

Benoit XVI-Ratzinger priant avec d’infects hérétiques turcs tourné vers La Mecque, ce qui est un acte d’apostasie et d’idôlatrie. En outre, la prière ou la communion avec les hérétiques et les schismatiques condamne à l’excommunication immédiate et sans déclaration. Constitutions apostoliques, Canon 45 : « Un évêque, un prêtre ou un diacre [ou un laïc], qui a seulement prié avec les hérétiques, qu’il soit excommunié : mais s’il leur a permis d’accomplir toute fonction cléricale, qu’il soit déposé ».

Nul ne peut donc avoir part à l’autorité s’il n’est uni à Pierre, car il serait absurde de prétendre qu’un homme exclu de l’Eglise a l’autorité dans l’Eglise. C’est à ce titre qu’Optat de Milève reprenait les donatistes : «C’est contre les portes de l’enfer que Pierre, comme nous le lisons dans l’Evangile, a reçu les clés du salut ; Pierre, c’est-à-dire notre chef, à qui Jésus-Christ a dit : «Je te donnerai les clés du royaume des cieux, et les portes de l’enfer ne triompheront jamais d’elles». Comment donc osez-vous essayer de vous attribuer les clés du royaume des cieux, vous qui combattez contre la chaire de Pierre» (Lib. II, n. 4-5).

Pape Léon XIII, Satis Cognitum ; 29 juin 1896

Publicités