Démonstration n°1 : Un hérétique n’est pas un membre de l’Eglise

Pape Pie XII, Mystici Corporis Christi (n° 23), 29 juin 1943 : «Ce n’est pas tout péché, si grave soit-il, qui, comme de sa propre nature, amène un homme à rompre du corps de l’Eglise, comme le fait le schisme, l’hérésie ou l’apostasie « .

Résultat de recherche d'images pour "pie XII"

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9), 29 juin 1896 : «La pratique de l’Eglise a toujours été la même, comme le montre l’enseignement unanime des Pères, qui avaient coutume de tenir le plus à l’extérieur de la communion catholique, et étranger à l’Église, celui qui voudra s’éloigner le moins du monde de n’importe quel point de la doctrine proposée par l’autorité de son Magistère. «

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 9) : «Ce n’est pas celui qui ne croit pas seulement en toutes ces hérésies qui peut pour cette raison se considérer ou même être appelé catholique. Car il peut y avoir ou se poser d’autres hérésies, qui ne sont pas énoncées dans ce travail qui est le nôtre, et, le cas échéant si il s’en tient à une seule d’entre elles, il n’est pas catholique « .

Résultat de recherche d'images pour "leon XIII"

Pape Innocent III, eius exemplo, 18 décembre 1208 : «Par le cœur, nous croyons et nous confessons de bouche non pas une église des hérétiques, mais l’Église Sainte, romaine, catholique et apostolique en dehors de laquelle nous croyons qu’aucun n’est sauvé. «

Résultat de recherche d'images pour "innocent III"


Démonstration n°2 : un hérétique ne peut donc pas être la tête d’un corps duquel il est étranger

Pape Léon XIII, Satis Cognitum (n° 15), 29 juin 1896 : «Personne, donc, sauf en communion avec Pierre peut partager son autorité, car il est absurde d’imaginer que celui qui est à l’extérieur peut commander dans l’Église. «


Démonstration n°3 : un hérétique ne peut donc pas être pape

Paul IV, Bulle Cum ex Apostolatus Officio, 15 février 1559 : «1 … Et, puisque là où le danger s’étend, là aussi il devient plus profond, il faut y veiller avec plus de diligence de telle sorte que des pseudo-prophètes ou des hommes revêtus d’une juridiction séculière ne puissent prendre misérablement dans leurs actes les âmes des gens simples, entraîner avec eux à la perdition et à la damnation éternelle des peuples innombrables soumis à leur soin et à leur autorité, soit spirituelle, soit temporelle. Et, pour que nous puissions ne jamais voir dans le lieu-Saint l’abomination de la désolation prédite par le Prophète Daniel, nous voulons autant que nous le pourrons avec l’aide de Dieu et selon notre charge pastorale, capturer les renards occupés à saccager la vigne du Seigneur et écarter les loups des bergeries, afin de ne pas sembler être comme les chiens muets, impuissants à aboyer, pour ne pas nous perdre avec les mauvais serviteurs et ne pas être assimilé à un mercenaire …

«6. De plus, [par Notre présente Constitution, qui doit rester valide à perpétuité Nous adoptons, déterminons par un décret et définissons que] si jamais un jour il apparaissait qu’un évêque, faisant même fonction d’archevêque, de patriarche ou de primat ; qu’un cardinal de l’Église Romaine, même légat ; qu’un SOUVERAIN PONTIFE LUI-MÊME, avant sa promotion et élévation au cardinalat ou au souverain pontificat, déviant de la foi catholique, est tombé en quelque hérésie, sa promotion ou élévation, même si elle a eu lieu dans la concorde et avec l’assentiment unanime de tous les cardinaux, est NULLE , SANS VALEUR, NON AVENUE. Son entrée en charge, consécration, gouvernement, administration, tout devra être tenu pour ILLEGITIME.

https://sites.nd.edu/rbsc/files/2015/10/BOO_003873354-000bd_001-det.jpg

«S’il s’agit du souverain Pontife, on ne pourra prétendre que son intronisation, adoration (agenouillement devant lui), l’obéissance à lui jurée, le cours d’une durée quelle qu’elle soit (de son règne), que tout cela a convalidé ou peut convalidé son pontificat ; celui-ci ne peut être tenu pour légitime JAMAIS ET EN AUCUN DE SES ACTES.

«De tels hommes, promus évêques, archevêques, patriarches, primats, cardinaux ou SOUVERAIN PONTIFE, ne peuvent être censés avoir reçu ou pouvoir recevoir AUCUN DROIT d’administration, ni dans le domaine spirituel, ni dans le domaine temporel. Tous leurs dits, faits, et gestes, leur administration et tous ses effets, tout est dénué de valeur et ne confère, par conséquent, aucune autorité, aucun droit à personne. Ces hommes ainsi promus seront donc, sans besoin d’aucune déclaration ultérieure, privés de toute dignité, place, honneur, titre, autorité, fonction et pouvoir, même si tous et chacun de ces hommes n’a dévié de la foi catholique, tombant dans le schisme ou l’hérésie, qu’après son élection, soit en suscitant soit en embrassant ces erreurs.

«7. Quand aux personnes assujetties au Pontife, aussi bien clercs séculiers et réguliers que laïcs, cardinaux y compris, qui auraient participé à l’élection du Pontife Romain déjà hors de la foi catholique, par hérésie ou schisme, ou qui y consentiraient de quelque autre manière, qui lui auraient promis obéissance, qui se seraient agenouillées devant lui…etc. de même quiconque se lierait à de telles personnes par hommage, serment ou caution, au lieu de renoncer en tout temps à leur obéir, les servir impunément, de les éviter comme des MAGICIENS, des PAÏENS et des PUBLICAINS et HERESIARQUES , toutes ses personnes assujetties, si elles prétendent néanmoins rester attachées fidèles et obéissantes… toutes ces personnes seront soumises au châtiment des censures et des peines qui frappent les gens qui déchirent la tunique du Seigneur…

«Donné à Rome, près de Saint Pierre en l’an de l’Incarnation du Seigneur 1559, 15 Février dans la quatrième année de notre pontificat.

«+ Moi, Paul, évêque de l’Eglise catholique …»

L’Encyclopédie catholique, « élections papales», 1914, Vol. 11, p. 456 : « Bien sûr, l’élection d’un hérétique, schismatique, ou femme [en tant que Pape] serait nulle et non avenue ».

L’Encyclopédie catholique, «hérésie», 1914, Vol. 7, p. 261 : « Le pape lui-même, s’il était notoirement coupable d’hérésie, cesserait d’être pape parce qu’il cesserait d’être membre de l’Eglise. «

Résultat de recherche d'images pour "catholic encyclopedia 1914"


Démonstration n°5 : les hérétiques ne peuvent pas être priés au canon de la messe

Libellus professionis fidei, 2 Avril, 517, profession de foi prescrite par le pape saint Hormisdas : «Et, par conséquent, j’espère que je mérite d’être dans une communion avec vous, que le Siège Apostolique proclame, dans laquelle il y a l’ensemble et le véritable fondement de la religion chrétienne, promettant qu’à l’avenir les noms de ceux qui sont séparés de la communion de l’Église catholique, c’est-à-dire ceux qui n’étaient pas d’accord avec le Siège Apostolique, ne doivent pas être lus pendant les mystères sacrés. Mais si je devait tenter d’aucune façon de dévier de ma profession, je dois avouer que je serais un complice à mon avis avec ceux que j’ai condamné. Cependant, j’ai de ma propre main signé cette profession de la mine, et j’ai réalisé qu’elle est à vous, HORMISDAS, le pape saint et vénérable de la ville de Rome « .

Résultat de recherche d'images pour "hormisdas pope"

Pape Benoît XIV, Ex Quo Primum (n° 23), 1er Mars 1756 : « En outre les hérétiques et les schismatiques sont soumis à la censure de l’excommunication majeure par la loi du Can. de Ligu. 23, quest. 5, et Can.Nulli, 5, dist. 19Mais les saints canons de l’Eglise interdisent la prière publique pour les excommuniés comme on le voit dans le chap. A nobis, 2, et chap. Sacris sur la sentence d’excommunication. Bien que cela ne veut pas interdire la prière pour leur conversion, encore cette prière ne doit pas prendre la forme d’une proclamation de leurs noms dans la prière solennelle pendant le sacrifice de la messe. « 

Résultat de recherche d'images pour "benoit XIV"

Pape Pie IX, Quartus Supra (n° 9), 6 Janvier 1873 : « Pour cette raison, Jean, évêque de Constantinople, a déclaré solennellement – et l’ensemble du huitième Concile l’a fait plus tard – «que les noms de ceux qui ont été séparés de la communion avec l’Église catholique, qui sont de ceux qui n’étaient pas d’accord sur toutes les questions avec le Siège Apostolique, ne doivent pas être lus pendant les mystères sacrés ».

Pape Eugène IV, Concile de Florence, Cantate Domino ; 1442 : « Donc tous ceux qui pensent des choses opposées ou contraires, l’Eglise les condamne, les réprouve, les anathématise et les dénonce comme étrangers au corps du Christ qu’est l’Eglise. »


 

Publicités