Le 16 octobre de l’an de grâce 708 (ou peut-être 709), l’évêque d’Avranches Saint Aubert, à la suite de l’apparition de l’archange Saint Michel, consacra sur le Mont Tombe, rocher de la côte normande, un premier sanctuaire en l’honneur du Prince de la Milice céleste. Cette apparition provoqua la construction de l’abbaye du Mont-Saint-Michel par saint Aubert. Ces événements se déroulent sous les pontificats de Saint Eugène Ier et Saint Grégoire II et sous le règne des Rois Francs : Childebert III et Thierry IV.

folio_195r_-_the_mass_of_saint_michael

Ce fut sous le règne de Childebert III que, se manifestant à l’évêque d’Avranches Aubert pendant son sommeil, il lui notifia sa volonté qu’on bâtît une église sous son patronage au sommet du mont Tombe, ainsi appelé de son élévation en forme de tumulus. Il fallut trois intimations successives au prélat hésitant, pour qu’il se mît à l’oeuvre. La forme par lui donnée au sanctuaire nouveau fut celle d’une crypte arrondie rappelant la grotte sainte du mont Gargan ; des reliques apportées de cette dernière y furent déposées ; et l’on fit solennellement la dédicace au dix-sept des calendes de novembre, jour célébré depuis non seulement dans les églises de la seconde Lyonnaise et beaucoup d’autres de France, mais encore dans celles d’Angleterre. Ainsi fut consacré à Dieu sous le patronage de saint Michel ce mont, qu’on appelle aussi Au-péril-de-la-mer depuis que, l’océan ayant envahi les forêts dont nous avons parlé, le saint rocher se voit deux fois le jour entouré par les flots.

Le Mont Saint-Michel vu du Nord-Ouest, à la fin du Xe siècle.

Le Mont Saint-Michel vu du Nord-Ouest, à la fin du Xe siècle.

L’église de Saint-Gervais d’Avranches conserve encore le crâne de saint Aubert. On voit encore sur le front l’empreinte du doigt que saint Michel laissa sur le front de saint Aubert qui refusait de bâtir le sanctuaire sur le très inhospitalier mont Tomba.

louis11-08

Saint Aubert y fonda une collégiale de douze clercs attachés au service perpétuel du bienheureux Archange. Toutefois par la suite Richard Ier, duc de Normandie, leur substitua des moines de saint Benoît. La fréquence des miracles accomplis en ce lieu y attirait de nombreux pèlerinages venant de presque toute l’Europe acquitter leurs vœux : on y vit beaucoup de rois ou de princes de France et d’Angleterre. Louis XI y institua l’Ordre des Chevaliers de saint Michel, qui gardèrent longtemps la coutume de tenir audit lieu leurs assemblées générales de chaque année. Ce fut au commencement du XIe siècle que l’on entreprit l’audacieux travail, longtemps poursuivi, de cette basilique grandiose établie sur la crête du mont comme auguste base, et dont les merveilles, en grande partie conservées, attirent encore à saint Michel la vénération de nos contemporains.

01_mont-saint-michel_1631

Le mont Saint-Michel, gravure de Nicolas Tassin, 1631.

14-mont-saint-michel

Dieu tout-puissant allait y faire de l’empire des Francs le glaive et le boulevard de son Eglise. (Prière des Francs).

Source : Hodie Mecum , Catholicapedia

Publicités