Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , ,

PHALSBOURG – Le Nouveau musée national estonien, à l’occasion d’une exposition permanente pour les 500 ans de la Réforme protestante, invite les visiteurs à blasphémer la Très Sainte Vierge Marie de façon « ludique » en lui mettant des coups de pieds, tout ceci à deux semaines de la visite de François en Suède pour les commémorations du cinq centième anniversaire de la révolution des hérétiques protestants.

mary

L’installation diabolique installée dans le nouveau musée national estonien.

En effet, on peut trouver depuis quelques jours dans les locaux du Musée National d’Estonie un curieux appareil électronique, lequel projette une image de Notre Dame des grâces. Le visiteur est alors invité à faire disparaitre Notre Dame en donnant un coup de pied à un emplacement indiqué par l’appareil. L’image de Notre Dame se « désagrège » alors en morceaux et est remplacée par le mot « Réforme ». L’appareil se réinitialise alors, en attendant le prochain visiteur, invité à ce curieux blasphème « ludique ».

Le Nouveau Musée National d’Estonie a été inauguré le 29 septembre dernier par le président estonien. Le dispositif en question a été placé dans l’aile spécialement dédiée à l’époque de la révolution protestante.

national-museum-of-estonia

Il faut tout d’abord comprendre que l’Estonie, comme d’autres parties du monde balte ou germano-balte, n’a été que très tardivement et fort superficiellement évangélisé, au 12e siècle. Le pays est logiquement devenu favorable au libéralisme offert par la réformation protestante au 16e siècle. En outre, le pays a du souffrir la dictature communiste de l’empire soviétique. Voici qui explique assez aisément pourquoi la population estonienne est aujourd’hui, statistiquement parlant, l’une des plus mécréantes d’Europe et même du monde, les deux tiers de la population se déclarant athée ou sans croyance. En réalité, ce genre de pays est toujours demeuré fondamentalement païen. Ce sont pourtant dans ces espaces et justement pour ces raisons, que les nationalistes ou paneuropéens de la Nouvelle Droite française ont souvent eu un grand intérêt pour l’espace balte.

Le dispositif du Musée national a quand même attiré de nombreuses critiques de la part de personnalités publiques ou politiques estoniennes. Notamment Mart Helme, leader de l’opposition conservatrice et ancien ambassadeur en Russie, a critiqué cette installation en soulignant que la minorité russe en Estonie était composée de « personnes extrêmement pieuses et leur intégration n’est pas facilitée par ce type d’insultes religieuses, approuvée jusqu’au sommet de l’état ».

Le soi-disant archevêque de l’église évangélique luthérienne d’Estonie, Urmas Vilmaa a réagi sur son compte Facebook en déclarant avoir « de sérieux doutes quant à savoir si ce genre d’installation est convenable pour une collection permanente au Musée National d’Estonie, même si l’appareil en question est intéressant d’un point de vue technique ou de la perspective de l’approche moderne de la description des événements historiques ».

Source : Breibart, Christian Today

Publicités