Mots-clefs

, , , , , , , , , , ,

La tension était lourde depuis la vague d’attentats en Europe pour l’ouverture de ces jeux Olympiques à Rio. Elle est devenue électrique ce samedi en raison d’un évènement banal, mais qui a pris des proportions international en raison de l’emballement délirant des médias et de la société sioniste.

La raison ? Tellement insignifiante, mais révélatrice des névroses sociales de la société et de la diaspora sionistes. Les médias sionistes francophones ont immédiatement déclenché une campagne délirante en accusant nos frères libanais d’être de virulents antisémites. Problème : il ne fait aucun doute que les libanais sont de vraie race sémitique, quand les masses sionistes, venues pour la plupart d’Europe de l’Est et occidentale depuis les années 1940-50, ne peuvent pas revendiquer cette ascendance avec pareille assurance, sinon, sous le prisme d’un constructivisme national qui ne peut se détacher d’une certaine artificialité.

RIOEC8603L1C3_768x432

Toujours est-il que les sionistes affirment avoir été l’objet d’un racisme inouï lorsque le chauffeur du bus de la délégation libanaise à l’ouverture officielle des Jeux Olympique 2016 leur aurait « fermé la porte au nez ». Première question : comment aurait-il été possible que le comité d’organisation olympique (qui a confié la sécurité de l’évènement à un mercenaire sioniste proche du Mossad) eut été inconséquente au point de vouloir faire embarquer libanais et sionistes dans le même bus, quand on sait que l’entité sioniste a bombardé de façon criminelle le pays du cèdre pendant toute l’année 2006 ?

Les athlètes libanais, au contraire, ont répondu sainement à ce qu’ils ont interprété à juste titre comme une provocation minable et insensée des athlètes sionistes. L’entité sioniste ne possède-t-elle donc pas ses propres bus ? Qui peut croire qu’elle n’aurait pas à sa disposition ses propres bus ? Comment imaginer que les sionistes auraient laissé embarquer leurs athlètes avec ceux d’un pays qu’ils méprisent et tiennent en haine, aussi bien pour son christianisme, que pour la résistance du Hezbollah ? Ne serait-ce que pour des arguments sécuritaires, nous n’imaginons pas un instant, que l’entité sioniste aurait été si mal organisée que cela.

Il s’agit donc là d’une provocation pathétique de la part des sionistes, révélatrice de leurs obsessions et de leurs névroses.

MIRI-REGEV

La réaction délirante de la ministre des sports de l’entité sioniste illustre bien cela : « Je suis indignée par l’incident. C’est de l’antisémitisme pur et simple, la pire forme de racisme », a dénoncé la ministre des Sports, Miri Regev, sur une radio sioniste.

Sources :

20 MinutesLe Monde Juif

 

 

 

 

Publicités