Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

Présent à cette rencontre, Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, a aussitôt annoncé qu’il appliquerait cette suggestion dans son diocèse.

« Il est très important que nous revenions le plus tôt possible à une orientation commune des prêtres et des fidèles tournés ensemble dans la même direction – vers l’Orient ou au moins vers l’abside, vers le Seigneur qui vient », a ainsi déclaré le cardinal Robert Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, selon des propos rapportés par le Catholic Herald.

Cette orientation, qu’il avait déjà souhaitée dans une interview accordée à Famille Chrétienne le 23 mai dernier, revient en pratique, selon une terminologie impropre, à célébrer « dos au peuple », comme cela se faisait avant la réforme liturgique issue du Concile Vatican II. S’il est toujours possible de le faire, cette façon de dire la messe est désormais choisie dans les milieux traditionalistes.

Pédagogie nécessaire

« Je vous demande de mettre en place cette pratique partout où c’est possible », a encore demandé le cardinal Sarah lors d’une conférence consacrée à la liturgie qui avait lieu à Londres mardi 5 juillet, ajoutant que la « prudence » serait nécessaire dans cette application. Il a alors invité les prêtres à avoir « confiance dans le fait qu’il s’agit là de quelque chose de bon pour l’Église, de bon pour notre peuple ».

« Votre discernement pastoral déterminera comment et quand cela sera possible », a poursuivi le responsable du dicastère en charge de la liturgie, suggérant toutefois de « commencer peut-être le premier dimanche de l’Avent cette année, quand on « attend le Seigneur qui vient » et qui « ne tardera pas » ». Une proposition accueillie par des applaudissements, assure encore l’hebdomadaire catholique britannique.

Mgr Rey emboîte le pas au cardinal Sarah

La précision sur une date souhaitable pour commencer à introduire ce changement, à partir du 27 novembre prochain donc, donne une « nouvelle urgence » au souhait du cardinal Sarah de voir un retour généralisé à cette orientation de la messe, estime le journal. De source proche du dossier, le pape François n’aurait pas été mis au courant de cet appel.

Prenant la parole juste après l’intervention du chef de dicastère, Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon présent à cette conférence, a assuré que, même s’il n’était « qu’un évêque d’un diocèse», il ferait ainsi dans sa cathédrale et enverrait une lettre à ses prêtres pour les encourager à faire de même. « Je les encouragerai à suivre mon exemple », a-t-il assuré, indiquant qu’il célébrerait de cette façon lors du dernier dimanche de l’Avent, « et en d’autres occasions appropriées ».

Robert-Sarah

Le même jour, le cardinal Sarah a indiqué que le pape François lui avait demandé d’étudier « la réforme de la réforme », à savoir l’adaptation de la réforme liturgique. Ce travail, a-t-il souligné, aura pour objectif « d’enrichir les deux formes du rite romain ».

Source : La Croix

Note de la rédaction d’Argentinat : Nous joignons nos prières pour le pape François et surtout pour le Cardinal Robert Sarah qui constitue un grand espoir de début de contre-réforme dans l’Eglise assiégée. Sa tâche sera immensément compliquée, les embûches qu’on lui tendra seront d’une perfidie sans nom, mais le politiquement correct hypocrite du Nouvel Ordre Mondial n’aura peut être pas d’autre choix que de concéder l’élection d’un pape « Noir » pour satisfaire ses perversions multiculturalistes. Grand représentant de l’Eglise d’Afrique militante, traditionnelle qui jouera assurément un rôle déterminant dans l’extermination du conciliarisme et de ses dérives liturgiques, doctrinales et idéologiques nombreuses, le Cardinal Robert Sarah se montre déjà plus que digne de sa mission, malgré l’ampleur abyssale de la tâche, après plus d’un siècle de subversion et de dérives dans l’Eglise et la société.

~ Argentinat ~

Publicités