Mots-clefs

, , , , , ,

Pour lutter contre l’Etat islamique (EI) dans le nord-ouest de la Syrie, les combattantes chrétiennes se retrouvent en première ligne.

Babylonia a laissé de côté son rôle de mère et son métier de coiffeuse pour rejoindre ses camarades chrétiennes qui combattent le groupe jihadiste Etat islamique (EI) dans le nord-ouest de la Syrie. « Mes enfants Limar (9 ans) et Gabriella (6 ans) me manquent et je pense qu’ils doivent avoir faim, soif et froid mais j’essaie de leur expliquer que je me bats pour protéger leur avenir », raconte cette femme de 36 ans à l’allure robuste, vêtue d’une tenue militaire.

 

Avant d’être sur le front, Babylonia était coiffeuse. C’est son mari qui l’a encouragée à prendre les armes pour « lutter contre l’idée qu’une femme syriaque n’est bonne que pour les activités ménagères et le maquillage », selon ses propres dires. Lui aussi est devenu combattant contre l’EI alors que la Syrie est déchirée par la guerre depuis 2011.

Part-NIC-Nic6515131-1-1-0

Babylonia fait partie d’un bataillon composé de dizaines de femmes syriaques et baptisé « les forces de protection des femmes de Mésopotamie ». Ce nom fait référence aux régions historiquement habitées par cette minorité chrétienne d’Orient entre les fleuves Tigre et Euphrate. Les syriaques parlent et prient en langue araméenne. La majorité est orthodoxe ou jacobite et une minorité catholique, rattachée à Rome au 18e siècle. Ils sont présents au Liban, en Syrie, en Irak et même en Inde.

Source : Le Midi Libre

Publicités