Mots-clefs

, ,

Dans une interview à la télévision tchèque, Bachar el-Assad accuse Hollande de jouer un  double-jeu en Syrie à la faveur des attentats de Paris du 13 novembre dernier:

« Actuellement, sans conteste la participation russe , ou ce qui a été annoncé comme un front contre le terrorisme, est l’événement le plus important. C’est du concret contre le terrorisme, alors que ce qui est arrivé à Paris, sur le plan politique, c’est juste pour apaiser les sentiments des Français, comme pour dire que les Français vont s’attaquer à ISIS d’une manière très différente. Qu’est-ce que cela veut dire? Que La France n’était pas sérieuse avant l’attaque de Paris ? Donc, ils vont seulement apaiser les sentiments de crainte des Français, rien de sérieux, tandis que les Russes sont très sérieux dans leur lutte contre le terrorisme et qu’il y a est une coopération entre eux et l’armée syrienne. »

« Si [Hollande] voulait éviter de ce qui est arrivé récemment à Paris, pourquoi ne l’a-t-il pas fait depuis l’attentat de Charlie Hebdo?  Même principe et même concept. »

« On ne peut pas lutter contre le terrorisme tout en soutenant directement les terroristes avec des armes et en ayant fait alliance avec le plus zélés des partisans du terrorisme dans le monde; qui est le royaume saoudien. On ne peux pas. C’est contradictoire. Vous ne pouvez pas être la police et le voleur en même temps. On doit choisir l’un ou l’autre. »

« Comment un pays comme la France pourrait vendre et envoyer des armes vers une destination qu’elle ignore, ou les vendre sans savoir où elles vont aller? C’est impossible. Ils savent qu’en vendant des armes au Royaume d’Arabie Saoudite et au Qatar et peut-être d’autres pays, à qui ses armes vont aller, sans conteste. »

« Le problème est que nous combattons des terroristes qui bénéficient d’une offre illimitée, de fournitures de différents pays, principalement des pays de la région, avec le soutien ou la bénédiction de l’Ouest, de certains des pays occidentaux pour être précis. »Bachar el-Assad.

François Hollande tire gloire de signer de fabuleux contrats de vente d’armement à l’Arabie saoudite. Armes qui, en grande partie, ne font que transiter de l’Arabie vers les rebelles islamistes en Syrie. Pendant ce temps les soldats du porte-avions Charles de Gaulle et la flotille qui l’accompagne sont chargés de bombarder, paraît-il, l’Etat islamique. A quoi joue-t-il en vrai ?

Un général Syrien a émis de graves accusations contre le chef de l’Etat à ce sujet.

« Donc, nous n’acceptons pas le terme d’opposition militante ou d’opposition armée ou d’opposition modérée armée. Ce n’est pas une opposition, c’est du terrorisme. L’opposition, pour nous, est un mouvement politique extérieur ou intérieur de la Syrie. L’autre aspect de l’opposition est d’être patriotique, et non pas une opposition qui a été formée en France, au Qatar, en Arabie saoudite, aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. »Bachar el-Assad.

Ainsi que le démontre la vidéo ci-dessus, François Hollande en 2013 avoue son intention de livrer des armes aux rebelles islamistes. Nous savons par ailleurs qu’en réalité il avait déjà bravé l’embargo et que Hollande faisait déjà livrer des armes en cachette aux islamistes pourvu que ceux-ci soient soucieux, par tous les moyens et surtout les plus violents, de faire tomber le pouvoir syrien. Nous pourrions commencer à croire en la volonté du président Hollande s’il interrompait toute livraison d’armes à l’Arabie. Or des contrats sont toujours en cours.

Source : Medias-Presse-Info

Publicités