Mots-clefs

, , , , , , , , , , , ,

Nous avions évoqué dans un précédent article1 les activités de l’association humanitaire « Alsace Syrie » dont le soutien à la rébellion en Syrie est ouvertement revendiqué. Nous mettons une nouvelle fois en garde nos compatriotes de Strasbourg et d’Alsace contre cette association dont les dons matériels ou financiers alimentent directement les territoires aux mains de la rébellion terroriste en Syrie. Or, la rébellion « modérée » en Syrie n’a jamais réellement existé, mais constitue en réalité une multitude de groupes terroristes islamistes dont le plus tristement célèbre est le Front islamique Al Nusra. Ce qu’a fini par admettre cette semaine la secrétaire d’État adjointe américaine aux Affaires du Proche Orient : «Le Front al-Nosra, qui est affilié à Al-Qaïda, a absorbé différents groupes d’opposition modérée… Il a absorbé un certain nombre de ceux que nous appelions précédemment l’opposition modérée», a fait savoir Anne Patterson mercredi dernier au Comité des affaires étrangères de la Chambre2.

Alsace-Syrie, une association soutenue par l’oligarchie strasbourgeoise et les fascistes d’extreme-gauche

Rappelons que depuis 2013, cette association « Alsace-Syrie » a bénéficié du soutien très appuyé de la municipalité socialiste de Strasbourg (ainsi que de leurs complices du centre-droit UMP) et des médias capitalistes régionaux comme les DNA (groupe Crédit Mutuel) ou Rue89 Strasbourg (propriété de Xavier Niel, pdg de Free, de Pierre Bergé, multimilliardaire anti-chrétien, et Matthieu Pigasse, directeur de la banque Lazard). Depuis 2013, cette association a bénéficié de près de 20 000 euros de subventions publiques de la part de la municipalité socialiste de Strasbourg 3 4 5 afin d’envoyer des convois de nourriture et de fourniture scolaire dans des territoires aux mains d’une rébellion criminelle. De même, le Conseil de l’Europe, la faculté de pharmacologie ou encore l’Université de Strasbourg ont fourni des équipements6 à cette association, dont le principal animateur est un professeur de calligraphie arabe installé depuis longtemps à Strasbourg.

Proches de l’Association des travailleurs Maghrébins de France, l’orientation idéologique de l’association « Alsace-Syrie » est clairement gauchiste, impérialiste et sans-frontièriste, ce qui constitue en soi une preuve du manque d’intelligence et de réalisme, pour des gens dont le pays a précisément été envahi par l’état islamique. Dernièrement, les sympathisants, de plus en plus rares, de cette association se sont retrouvés devant l’ambassade russe de Strasbourg pour protester contre l’intervention russe en Syrie. Comment est-ce possible, alors que l’armée syrienne, le Hezbollah et l’armée russe sont les seules forces armées à combattre concrètement Daesh depuis quatre ans, alors que la coalition occidentale n’a pratiquement rien fait, sinon bombarder « par erreur » les hôpitaux de Médecins Sans Frontières7  ou livrer des armes « par erreur » à DAESH8 ? Comment se fait-il que l’association « Alsace-Syrie » semble uniquement occupée à faire de la propagande pro-rebelle et pro-impérialiste, et qu’elle ne dénonce jamais les financements saoudiens et qataris de la rébellion islamiste et de Daesh ? Pourquoi est-ce que « Alsace-Syrie » ne dénonce jamais le pillage du pétrole syrien par le pouvoir turc ? Pourquoi est-ce « Alsace-Syrie » ne dénonce jamais les frappes illégales de l’aviation israélienne ou américaine sur des bases de l’armée syrienne, qui, rappelons-le encore, a opposé toute seule une héroïque résistance au terrorisme islamiste depuis presque quatre ans ?

Soutenus par le média bancaire "Dernières nouvelles d'Alsace" (propriété du Crédit Mutuel), les activistes d'Alsace-Syrie sont peu nombreux, mais disposent de soutiens puissants au sein de la petite caste politico-médiatique strasbourgeoise. Dans cet article, les DNA se livrent à une propagande éhontée en prétendant que l'armée russe bombarde des position de la rebellion "modérée". Grave erreur de la part de ces journalistes : il est désormais admis, même par le département d'état américain, que la rebellion "modérée" n'a jamais réellement existé, mais qu'il s'agit bel et bien de rebelles islamistes liés à Al-Qaida.

Soutenus par le média bancaire « Dernières nouvelles d’Alsace » (propriété du Crédit Mutuel), les activistes d’Alsace-Syrie sont peu nombreux, mais disposent de soutiens puissants au sein de la petite caste politico-médiatique strasbourgeoise. Dans cet article, les DNA se livrent à une propagande éhontée en prétendant que l’armée russe bombarde des position de la rébellion « modérée ». Grave erreur de la part de ces journalistes : il est désormais admis, même par le département d’état américain, que la rébellion « modérée » n’a jamais réellement existé, mais qu’il s’agit bel et bien de rebelles islamistes liés à Al-Qaida.

Il semble bien que l’activisme de cette association soit uniquement motivée par l’idéologie, par des ressentiments personnels et propres à leurs animateurs, et éventuellement par l’appât de la manne financière que leur offre les généreuses subventions de la municipalité socialiste de Strasbourg. Les pauvres alsaciens naïfs qui leur accordent leur confiance devraient se méfier : ils ne font qu’alimenter des conflits auxquels ils n’entendent rien.

Dans leurs manifestations, l’association Alsace-Syrie est très souvent encadrée par l’extrême-gauche bourgeoise du NPA aux tendances fascistes et dont les responsables sont connus pour entretenir des relations étroites avec les personnalités haut-placées à la municipalité socialiste, dans l’université et à la préfecture de Police. L’association Alsace-Syrie semble être animée par quelques familles de syriens expatriés en Alsace de longue date et dont la haine envers leur propre gouvernement ne semble s’expliquer que par des ressentiments personnels ou idéologiques qui n’ont rien à voir avec la complexité des enjeux géopolitiques. En témoigne l’annonce par cette association de l’envoi d’un chèque de 2000 euros à une obscure association dans la ville d’Al-Rastan, près de Homs. La ville d’Al Rastan est connue pour avoir fourni un gros contingent de déserteurs et de rebelles islamistes de l’armée syrienne libre au début de la rébellion. L’association Alsace-Syrie n’a aucun droit, aucun mandat pour s’exprimer au nom de la communauté syrienne de France ou d’Alsace. Il est très possible et même plausible que ses animateurs soient des naïfs, de vieux idéologues animés de bonne foi pour une cause humanitaire : dans les faits, ils contribuent de façon honteuse à l’aggravation de la situation sécuritaire en France, comme en Syrie. Si les animateurs d’Alsace-Syrie se comportent comme des traîtres à leur propre pays (ils se prétendent syriens), ils ne peuvent logiquement trouver comme maîtres ou alliés à Strasbourg, que d’autres traîtres (NPA, socialistes, extrême-gauche fasciste, bourgeois-bohèmes). Nous trouvons leur combat abject, d’autant plus qu’il ne semble se concentrer que sur une certaine catégorie de syriens, c’est à dire les zones contrôlées par la rébellion « modérée » ou islamiste. Or, Alsace-Syrie n’a aucune attention pour le sort des chrétiens de Syrie, ni pour les autres minorités, mais ne semble s’attacher qu’à la défense très ciblée de certains syriens : ceux qui soutiennent une rébellion qui a causé mort et destruction dans toute la Syrie, et a livré le pays aux trafiquants turcs, islamistes, saoudiens et atlantistes. Faut-il rappeler que le président Bashar Al-Assad a été réelu légalement en 2014 par plus de 65% des syriens ? Faut-il rappeler que le gouvernement syrien est un gouvernement légal, disposant d’un siège aux Nations Unies ? Faut-il rappeler que même un rapport de l’OTAN daté de fin 2013 devait admettre que l’immense majorité des syriens soutenait le gouvernement et l’armée face à l’avancée de la rébellion islamiste (« NATO data: Assad winning the war for Syrians’ hearts and minds in World Tribune, May 31, 2013) ? Si les animateurs d’Alsace-Syrie continuent à alimenter le mensonge sur le propre pays, c’est qu’ils se sont constitué une rente bien confortable auprès de municipalités corrompues, ici en France. Qu’ils prennent garde, cette situation ne durera pas. Si le mensonge prend l’ascenseur, la vérité prend l’escalier, et finira toujours par arriver.

Intervention de Nicolas Hénin et d'Alsace-Syrie au Forum démocratique 2015 à Strasbourg : on peut vérifier la composition du public. Ceux qui soutiennent Alsace-Syrie sont essentiellement la petite bourgeoisie-bohème vieillissante strasbourgeoise, déconnectée de la réalité du monde et des luttes de résistances anti-impérialistes actuelles.

Intervention de Nicolas Hénin et d’Alsace-Syrie au Forum démocratique 2015 à Strasbourg : on peut vérifier la composition du public. Ceux qui soutiennent Alsace-Syrie sont essentiellement la petite bourgeoisie-bohème vieillissante strasbourgeoise, déconnectée de la réalité du monde et des luttes de résistances anti-impérialistes actuelles.

Enfin, une certaine influence islamiste semble agir autour de cette association. Dans leurs manifestations, on y trouve très souvent un grand nombre de personnes issues des communautés sunnites turques ou maghrébines, dont l’orientation spirituelle semble proche de celle des Frères Musulmans, voire du salafisme. Dans certaines mosquées intégristes de la banlieue nord et ouest de Strasbourg ou du côté de Bischwiller, depuis 2013, on incite à donner et à soutenir cette association. En retour, une grande partie des communautés musulmanes de Strasbourg, turques ou maghrébines, sont particulièrement influencées par la propagande pro-rebellion de cette association et de ses soutiens politico-médiatiques. Chose grave, comme nous allons le voir, pour la sécurité des français eux-mêmes.

Toutefois, Alsace Syrie n’est qu’une des nombreuses associations « humanitaires » dont le parti-pris est clairement pro-rebellion islamiste en Syrie. L’ONG « Syria charity » est un autre exemple très connu. Cette association qui se nommait jusqu’à il y a peu « Pour une Syrie libre » apportait jusqu’en 2014 son soutien au front Al-Nusra (brache d’AlQaida en Syrie) en les présentant comme de simples « résistants » à la prétendue « dictature » du gouvernement syrien.Or, surprise, il s’avère qu’Alsace-Syrie a collaboré en décembre 2013 avec « Pour une Syrie libre » comme le prouve la capture ci-dessous.

capture-20151210-173907

Toujours en Alsace, l’association Solidarité Franco-Syrienne Alsace, basée à Mulhouse, est également une organisation pro-rebelle de tendance islamiste. Elle semble moins active qu’Alsace-Syrie, mais comme son homologue strasbourgeoise, elle est également impliquée dans l’accueil des migrants. En revanche, son origine semble extrêmement douteuse, en raison de l’extrême discrétion des personnes qui l’animent officiellement.

Il faut bien admettre de face à un public français ou européen extrêmement désinformé par la propagande du service public et des grands médias capitalistes, ces associations, le plus souvent subventionnés par des fonds publics, n’ont aucun mal à faire passer leur soutien à la rébellion islamiste pour un simple combat humanitaire destiné à soutenir la Syrie libre et démocratique.

Les responsabilités des milieux associatifs, médiatiques et politiques dans la radicalisation de jeunes musulmans français

La question de la responsabilité de ces associations, de ces municipalités et de ces médias locaux ou nationaux ayant, d’une façon ou d’une autre, fait la promotion de la rébellion islamiste en Syrie, ne se posera certainement pas tant que le régime politique français sera aux mains d’un gouvernement qui a officiellement admis avoir fourni assistance et armement aux factions rebelles terroristes en Syrie.

"Humaniste" et sans-frontiériste, Alsace-Syrie attire divers types de publics (bobos de gauche, salafistes) qui se retrouvent depuis quelques mois autour du thème commun de l'accueil des migrants.

« Humaniste » et sans-frontiériste, Alsace-Syrie attire divers types de publics (bobos de gauche, salafistes) qui se retrouvent depuis quelques mois autour du thème commun de l’accueil des migrants. Une autre question sécuritaire se pose lorsque l’on se rend compte de la proximité de milieux islamistes avec la gestion des migrants prétendument syriens qui arrivent en Alsace.

Toutefois, il est de notre devoir de citoyens strasbourgeois et français de nous mobiliser dès à présent afin de dénoncer ces gens et de discerner quelle fut leur part de responsabilité dans la radicalisation de centaines, voire de milliers de jeunes occidentaux partis combattre aux côtés de l’état islamique en Syrie ou en Irak et dont certains d’entre eux sont revenus pour commettre de sanglants attentats en Janvier et Novembre 2015 sur le sol français.

Cette semaine, nous apprenions que l’un des membres du commando terroriste du 13 novembre 2015 à Paris était un jeune homme originaire du quartier de la Meinau à Strasbourg9. Celui-ci était parti en Syrie en 2013 avec un groupe d’autres jeunes musulmans strasbourgeois radicalisés. Il est raisonnable de penser que la complicité criminelle des élites politiques et médiatiques strasbourgeoises à cette époque envers des associations pro-rebelles telles que « Alsace-Syrie » n’ont pu que légitimer ces jeunes dans leur projet.

En effet, pourquoi ces jeunes radicalisés auraient-il perçu comme mal de partir faire le djihad en Syrie contre un gouvernement légal, social et laïc tel que celui du président Bashar Al-Assad, alors que dans le même temps, une classe politico-médiatique irresponsable rependait partout des mensonges éhontés à propos des prétendus crimes de guerres à l’arme chimique qu’aurait ordonné l’état syrien contre ses propres populations ? Ce mensonge sur les armes chimiques n’a pas fait long feu, puisqu’une enquête des Nations Unies a déterminé que tout au contraire, ce sont les factions rebelles qui avaient employé ces armes chimiques contre les populations syriennes. Quelle a été l’influence exacte de la propagande d’associations subventionnées comme « Alsace-Syrie » dans la radicalisation de ces jeunes, dont certains d’entre eux sont revenus sur le territoire français commettre des attentats ? 

Dernière subvention en date : 7000 euros de la part de la municipalité socialiste de Strasbourg.

Dernière subvention en date : 7000 euros de la part de la municipalité socialiste de Strasbourg.

A titre d’exemple, dans un récent procès qui s’est tenu début décembre dans le Val de Marne, une bande de jeunes djihadistes originaires du même quartier et revenus de l’état islamique en Syrie et en Irak, avancent tous la même ligne de défense : tous sont partis « combattre le régime de Bashar-Al Assad, courant de l’année 201310 ». Il est évident qu’en plus de la propagande irresponsable du gouvernement socialiste français (Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur, avait affirmé au micro de RTL « qu’il n’était pas un délit de prôner le djihad 11»), le rôle de ces associatifs subventionnés n’a pu qu’ajouter au laxisme des pouvoirs publics et conforter ces potentiels djihadistes à se radicaliser définitivement.

Citoyens strasbourgeois et alsaciens, il est temps de dénoncer la complicité de la caste politique socialiste qui a soutenu le mensonge médiatique et s’est rendu complice de la destruction de la Syrie, mais aussi de la radicalisation de dizaines de jeunes gens partis faire le djihad au Moyen-Orient.

  • Nous demandons l’arrêt immédiat de toute subvention publique à l’association « Alsace-Syrie ».
  • Nous demandons l’arrêt immédiat de toute subvention publique pour les médias capitalistes tels Dernières Nouvelles d’Alsace ou Rue89.
  • Nous demandons à ce qu’une enquête soit menée pour déterminer exactement la destination des colis humanitaires que dépêche en Syrie cette association.
  • Nous demandons l’expulsion d’Alsace de toute personne faisait l’apologie du terrorisme islamiste en France ou en Syrie.
  • Nous demandons l’expulsion d’Alsace de toute personne soutenant ouvertement les factions rebelles islamistes en Syrie et en Irak.
  • Nous appelons nos compatriotes strasbourgeois, alsaciens, lorrains et champenois à interroger leurs élus, à enquêter dans leur ville et à dénoncer ces associations qui, volontairement ou involontairement, font le jeu du terrorisme et de la guerre en Syrie, en Irak mais aussi en France.

1 ARGENTINAT, « Forum de la démocratie 2015 : les complices de la destruction de la Syrie tiendront tribune », 13 novembre 2015, https://strasbourgargentine.wordpress.com/2015/11/13/forum-de-la-democratie-2015-les-complices-de-la-destruction-de-la-syrie-tiendront-tribune/

2 ALGERIE 1, « Washington admet que le Front al-Nosra a absorbé une partie de l’opposition », 7 novembre 2015, http://www.algerie1.com/international-2/washington-admet-que-le-front-al-nosra-a-absorbe-une-partie-de-lopposition/

7LE MONDE, «  L’armée américaine bombarde « par erreur » un hopital de MSF à Kunduz », 3 octobre 2015, http://www.lemonde.fr/international/article/2015/10/03/un-hopital-de-medecins-sans-frontieres-bombarde-a-kunduz_4781767_3210.html

8DIRECT MATIN, « Daesh récupère des armes parachutées par les américains », 22 octobre 2014, http://www.directmatin.fr/monde/2014-10-22/daesh-recupere-des-armes-parachutees-par-les-americains-693533

9NOUVEL OBSERVATEUR, « Le dernier kamikaze du Bataclan était un Alsacien parti en Syrie », 9 décembre 2015, http://tempsreel.nouvelobs.com/topnews/20151209.AFP9502/identification-du-dernier-kamikaze-du-bataclan-un-strasbourgeois-parti-en-syrie-en-2013.html

11FRANCE INFO, « Bernard Cazeneuve affirme que le djihad n’est pas un délit », 20 juillet 2015, http://www.franceinfo.fr/emission/le-vrai-du-faux/2015-2016/bernard-cazeneuve-affirme-que-le-djihad-n-est-pas-un-delit-20-11-2015-07-20


Résultats de la « révolution arabe » en Syrie

11225210_1653687041549669_1901724066975640137_n

Publicités