Mots-clefs

, , , , , ,

Hier lundi 7 décembre, le gouvernement syrien a signalé un acte de guerre criminel1 sur son territoire, perpétré par quatre appareils américains qui ont bombardé un camp de l’armée syrienne2 à Deir Es Zor, rare îlot de résistance contre l’état islamique dans l’est syrien3. En effet, depuis un an et demi, l’armée syrienne a réalisé une résistance militaire héroïque et inouïe en affrontant à la fois la rébellion islamiste (Front islamique, Al Nusra) et l’état islamique4. Le gouvernement syrien avait lancé une grande offensive afin de reprendre les territoires conquis par les islamistes de Daesh. Cette politique de lutte contre Daesh et de reconquête du territoire syrien est aujourd’hui gravement mise en difficulté en raison de l’interventionnisme illégal de la coalition menée par les États-Unis.

Syrian soldiers

Le démenti apporté par Washington au cours de la journée n’a pas convaincu les rédactions du monde5, puisque même l’Observatoire des droits de l’homme syrien, financé par les États-Unis et la Grande-Bretagne, a confirmé l’information.

Deir Es Zor se situe à l’est de la Syrie, aux portes du territoire de l’état islamique. Il s’agit du seul îlot de résistance de l’armée syrienne contre l’état islamique dans l’est du pays. Comment expliquer alors cet acte de guerre délirant de la part de l’armée américaine ? Ce comportement ne fait que confirmer jour après jour la stratégie criminelle qui est entretenue par l’OTAN, Washington et ses alliés, qui se servent bel et bien depuis 2011 de la rébellion et de l’état islamique afin de détruire la Syrie et de constituer un vaste « sunnistan », rigoriste, mais économiquement docile.

Dimanche soir, la veille de ces bombardements, le président américain Barack Obama, à l’occasion d’une allocution télévisée déclarait que «létat islamique est un cancer pour lequel il n’y a pas de guérison immédiate»6. Après quatre ans d’agression et d’invasion de la Syrie, l’intervention militaire de la Russie aux côtés de la Syrie pour combattre l’état islamique a définitivement prouvé que Washington et ses alliés n’ont jamais eu l’intention de combattre le terrorisme islamique, mais plutôt à l’utiliser pour servir leurs intérêts dans la région. En effet, les environs de Deir ez Zor contrôlés par DAESH sont riches en hydrocarbures.

Dans une entrevue à Russie Aujourd’hui7, la spécialiste en relations internationales, Catherine Shakdam de l’Institut Shafaqna à Londres :   « Tout ce qu’a dit Washington par rapport à tout ce que Washington a fait sur le terrain se contredit. Et plutôt que de parler, je crois qu’il faut regarder ce qu’il se passe sur le terrain. Si l’on prend l’exemple de la Turquie et les allégation comme quoi elle aurait qui aurait bénéficié et aidé les terroristes de Daesh… La Russie a apporté des preuves et Washington choisit de les ignorer parce que cela comporterait des conséquences politiques pour les Etats-Unis dans la région et ils ne le veulent pas. En fin de compte, cela ne veut dire qu’une chose : que Washington utilise l’excuse du terrorisme pour manipuler un plan géopolitique qui n’a rien à voir du tout avec Daesh. Et d’ici à ce que les gens se réveillent pour voir que l’assomption selon laquelle Washington et les puissances occidentales combattent les terroristes n’est qu’un mensonge, je ne crois pas qu’il sera possible de discuter de cette situation. Les seuls à aider, concrètement sur le terrain sont l’Iran, la Syrie et la Russie. Qu’on soit d’accord ou non avec la politique de ces gouvernements n’entre pas ici en ligne de compte. La question est de savoir si l’on souhaite un monde dans lequel Daesh domine le Moyen-Orient ou si l’on se met d’accord avec certaines puissances pour lutter contre le terrorisme pour ensuite retrouver la table des négociations et respecter le droit international. Jusqu’à présent, les puissances occidentales ont agi en dehors du cadre du droit international. »

~ A r g e n t i n a t ~

1THE INDEPENDANT, «  Syria calls US-led coalition air strike on Assad regime forces an ‘act of aggression », 7 décembre 2015

2THE TELEGRAPH, « Syrian government says US-led coalition hit army camp killing three soldiers », 7 décembre 2015

3WIKIPEDIA, « Bataille de Deir ez Zor », https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_Deir_ez-Zor_(depuis_2014)

4COURRIER D’ORIENT, « La Bataille de Deir Ez Zor, un exemple de guerre moderne », Grégoire Chambaz, 14 mai 2015, http://courrierdorient.net/la-bataille-de-deir-ez-zor-un-exemple-de-la-guerre-moderne/

5LE POINT, « Syrie : la coalition dément avoir tué 4 soldats dans un bombardement », 7 décembre 2015, http://www.lepoint.fr/monde/syrie-4-soldats-tues-dans-un-bombardement-par-la-coalition-07-12-2015-1987796_24.php

6LE TEMPS, Barack Obama: «L’Etat islamique est un cancer pour lequel il n’y a pas de guérison immédiate», 7 décembre 2015, http://www.letemps.ch/monde/2015/12/07/barack-obama-islamique-un-cancer-lequel-y-guerison-immediate

7RUSSIA TODAY, «Les Etats-Unis ne ciblent pas Daesh, mais Bashar-Al Assad », 7 décembre 2015,  https://francais.rt.com/opinions/11749-syrie-etats-unis-ne-ciblent

Publicités