Mots-clefs

, , , , , , ,

Bien connu pour son goyisme à toute épreuve (ndlr : fait pour un goy de se faire plus sioniste que les sionistes en vue d’obtenir de l’avancement), l’inénarrable maire de Nice Christian Estrosi s’est fendu aujourd’hui d’un communiqué dénonçant violemment la décision de l’union européenne d’indiquer la provenance géographique sur les produits importés de l’état colonial sioniste.

En Janvier dernier, le maire de Nice était adoubé dans sa propre ville par la puissante maçonnerie juive du B'nai B'rith (comme l'ont révélé nos amis de Médias-Presse-Info). Cérémonie au cours de laquelle il semble que le drôlatique maire de Nice ait reçu un diplome en sionisme, cursus goyisme, spécialité humoristique.

En Janvier dernier, le maire de Nice était adoubé dans sa propre ville par la puissante maçonnerie juive du B’nai B’rith (comme l’ont révélé nos amis de Médias-Presse-Info). Cérémonie au cours de laquelle il semble que le drolatique élu ait reçu un diplôme en sionisme, section goyisme, spécialité humoristique.


«  Je dénonce solennellement l’étiquetage des produits israéliens et rappelle mon soutien à l’Etat israélien notre ami et allié dans la lutte contre le terrorisme ! C’est une décision grave que l’Union Européenne a prise hier. Une décision qui rappelle les heures les plus sombres de l’histoire de notre continent. »

Passons le côté très « komintern » de la première partie de la déclaration pour nous intéresser à cette dernière sentence, savoureuse : l’étiquetage des produits israéliens « nous rappelle les heures les plus sombres de l’histoire de notre continent ».

Voici qui est proprement stupéfiant. La logique délirante des sionistes, mais surtout de leurs zélateurs, trouve toujours d’amusantes conclusions. Ainsi, indiquer la provenance d’un pays sur un produit -puisqu’il paraît que l’état sioniste en est un-légitime- serait en somme, du pur antisémitisme ? Est-ce donc bien cela que le maire-cascadeur veut nous dire ?

Partant de là, doit-on considérer que les appellations d’origine contrôlées sur nos vins et nos fromages seraient en fait d’infâmes procédés nazis ? Pourquoi ne pas les dénoncer alors ? Doit-on réclamer aussi que plus aucune origine ne soit indiquée sur les produits dans le commerce ? Doit-on aussi interdire les entreprises israéliennes qui souhaiteraient au contraire communiquer sur la provenance de leurs produits, dans les supermarchés cacher par exemple ? Comment Christian Estrosi, qui appelle la commission européenne à revenir sur cette décision, fonde-t-il son raisonnement ? Et surtout, où va-t-il chercher tout ça ? Sans doute s’inspire-t-il des grands humanistes d’extrême-droite qui dirigent l’état sioniste actuellement ?

« Je dénonce solennellement cette mesure et je rappelle mon soutien à l’Etat israélien, à son premier ministre Netanyahou et au président Rivlin. » 

Vous savez, Netanyahou, premier ministre d’extrême-droite sioniste ayant dernièrement poussé la haine contre les palestiniens jusqu’à accuser ces derniers d’être les inspirateurs du projet génocidaire des nazis et niant la responsabilité directe d’Adolf Hitler dans l’affaire. Des propos plus négationnistes que les pires négationnistes occidentaux, provoquant un malaise au sein même de sa mouvance gouvernementale, pourtant déjà très extrémiste.

Voilà ce qui arrive quand on élit un ex-cascadeur qui n’a même pas le bac à la tête d’une ville de cagoles. Beaucoup d’humour, car il vaut mieux en rire. Parmi les fans du maire Estrosi, un commentateur abonde dans son sens, indigné et pose la question : « à quand le retour des étoiles jaunes ? » Il semble qu’il y ait à Nice, un marché prometteur pour les psychiatres. Attention, malgré ses origines modestes, Estrosi a de l’instruction et des lettres. Il pose une question tout à fait intéressante : 

« Quel est la légitimité de la Commission pour prendre une telle décision aux conséquences si graves pour les relations internationales de ses états membres ? »

On a juste envie de vous demander, cher Christian, quelle est la légitimité de l’état sioniste, impie et criminel, à occuper la Sainte Terre de Notre Seigneur Jésus-Christ ? Léon XIII semble manquer à vos lectures.

Par ailleurs, pour boycotter les produits issus de l’état sioniste, rien de mieux que de consulter les sites sionistes francophones qui listent l’ensemble des marques israéliennes ou soutenant activement l’état colonial et l’armée d’occupation de Tsahal afin de pousser le petit peuple judéo-sionisant à la consommation. Bonne nouvelle : il s’agit essentiellement des marques les plus contraires à une saine alimentation ou plus simplement à une consommation éthique, Coca-Cola en tête.

Soutenez nos amis de la communauté syrienne en France en achetant des produits syriens ou libanais plutôt que des machines à bulles sionistes (SodaStream, oui).

Soutenez nos amis de la communauté syrienne en France en achetant des produits syriens ou libanais plutôt que des machines à bulles sionistes (SodaStream, oui).

Pour boycotter chrétiennement l’économie sioniste tout en soignant son alimentation et en favorisant les circuits de consommation locaux et paysans, rendez-vous donc sur le site Alya-express. Et pour vous procurer des produits orientaux sains et artisanaux, ne participez pas à cette économie d’exploitation, mais soyez plutôt solidaires de nos frères chrétiens de Syrie et du Liban en favorisant l’achat de produits en provenance de ces pays qui nous sont chers.

~ Argentinat ~

Publicités